BLOG

Dans une location, vous pouvez en tant que propriétaire, avancer des frais pour certaines charges et vous les faire rembourser par le locataire. C’est ce qu’on appelle les charges locatives ou charges récupérables. Elles viennent s’ajouter au loyer qui lui ne couvre que le droit de jouissance du bien.

Ces dépenses doivent être obligatoirement relatives à l’usage du logement loué et de ses équipements. Ils peuvent être à usage privés ou communs.

Les charges récupérables sont encadrées par la loi. Une liste exhaustive est fixée par décret (décret n°87-713 du 26 août 1987).

Je vous les ai listées dans cet article.

  1. Ascenseurs et monte-charge
  2. Eau froide, eau chaude et chauffage collectif
  3. Installations individuelles
  4. Parties communes intérieures
  5. Espaces extérieurs
  6. Taxes et redevances

Il est à noter que cette liste s’applique :

  • aux locations meublées signées depuis le 27 mars 2014 (ou avant cette date si le contrat de location y fait référence),
  • aux locations vides du secteur privé (logement conventionné ou non, logement « loi de 48 ») et du secteur social.

N’hésitez pas à consulter les articles « Les loyers soumis à la loi 1948 » ou « Comment bien rédiger votre bail de location meublée » pour en savoir davantage. 

1. Ascenseurs et monte-charge

Certaines dépenses relatives à l’ascenseur peuvent être répercutées sur le locataire notamment :

  • l’électricité,
  • l’exploitation (visite périodique, nettoyage, examen semestriel des câbles, tenue d’un dossier par l’entreprise d’entretien mentionnant les visites techniques, incidents),
  • la fourniture de produits ou petits matériel d’entretien (chiffons, graisses et huiles nécessaires, lampes d’éclairage de la cabine),
  • les menues réparations de la cabine (changement boutons d’envoi, paumelles de portes), des paliers (ferme portes mécaniques, électriques ou pneumatiques), et des fusibles.

2. Eau froide, eau chaude et chauffage collectif

Certaines dépenses relatives à l’eau et au chauffage sont récupérables sur le locataire notamment :

  • eau froide et chaude de l’ensemble des occupants,
  • eau nécessaire à l’entretien courant des parties communes, y compris la station d’épuration
  • eau nécessaire à l’entretien courant des espaces extérieurs,
  • produits nécessaires à l’exploitation, à l’entretien et au traitement de l’eau,
  • fourniture d’énergie quelle que soit sa nature,
  • exploitation des compteurs généraux et individuels et à l’entretien des épurateurs de fumée,
  • réparation des fuites sur joints.

3. Installations individuelles

Concernant les installations individuelles, les dépenses restant à la charge du locataire concernent notamment :

  • le chauffage et la production d’eau chaude,
  • ainsi que la distribution d’eau dans les parties privatives (contrôle des raccordements, réglage de débit et températures, dépannage, remplacement des joints cloches des chasses d’eau).

4. Parties communes intérieures

Les dépenses restant à la charge du locataire dans les parties communes de l’immeuble concernent notamment celles relatives :

  • à l’électricité,
  • à la fourniture de produits d’entretien (balais et sacs nécessaires à l’élimination des déchets) et de produits de désinsectisation et désinfection,
  • à l’entretien de la minuterie, des tapis, de vide-ordures,
  • à la réparation des appareils d’entretien de propreté tels que l’aspirateur,
  • aux frais de personnel d’entretien.

5. Espaces extérieurs

Pour les espaces extérieurs, certaines dépenses sont à la charge du locataire, notamment les dépenses d’exploitation et d’entretien des :

  • voies de circulation,
  • aires de stationnement,
  • abords des espaces verts
  • équipement de jeux pour enfants.

6. Taxes et redevances

Les dépenses restant à la charge du locataire concernent notamment :

  • la taxe ou redevance d’enlèvement des ordures ménagères,
  • la taxe de balayage,
  • la redevance assainissement.


Conclusion

Ces charges dont vous faites l’avance sont encadrées par la loi. Elles sont une sources de litiges fréquents entre propriétaires et locataires.
Vous ne pourrez y inclure aucune dépense non listée par le décret telle que la taxe foncière ou dans le cas de copropriété de travaux votés lors des assemblées générales (ravalement de façade, remplacement d’équipement…) qui sont et restent à la charge du propriétaire.

Je vous suggère aussi :

Restons en contact ! J’ai créé le 1er groupe privé sur Facebook d'entraide entre propriétaires bailleurs :
  • Accès à de nombreuses fiches juridique (à télécharger)
  • Conseils entre investisseurs (travaux, fiscalité, juridique)
  • Nombreux Lives aves les experts du groupe (avocat, fiscaliste, expert comptable, courtier...)

Écrit par

Écrit par

Bruno

Bruno est le CEO et le fondateur de Monsieur Hugo : le 1er assistant personnel en location qui accompagne les propriétaires à louer en toute sécurité sans agence.

Monsieur Hugo est une plateforme qui sécurise la mise en location et qui automatise les tâches fastidieuses de la gestion locative. C’est aussi celui que vous appelez en cas de problème (fuite, panne, impayé) et qui répond par téléphone à toutes vos questions fiscales et juridiques.


Remplissez simplement le formulaire ci-dessous pour recevoir votre guide.

Vous allez recevoir le guide par mail. Pensez à vérifier vos spams !

Pin It on Pinterest